Mythologie nordique #1 : Thor


Articles en français, Myths and legends, Society, Vikings / Tuesday, October 8th, 2019

Gangleri demanda : “- Quels sont les noms des autres Ases, et quelles sont leurs fonctions, et quels hauts-faits ont-ils accomplis ?”
Le Très-Haut répondit : “- Thor est le premier d’entre eux, on l’appelle Thor des Ases (Asa-Thor) ou Thor au char (Öku-Thor). Il est le plus fort parmi les dieux et les hommes. Son royaume se trouve en un lieu appelé Thrudheim, et sa halle porte le nom de Bilskirnir. Elle renferme cinq cent quarante salles. C’est la plus grande demeure dont homme ait ouï parler.
Thor possède deux boucs, appelés Tanngnjóstr et Tanngrísnir, et un char qu’il conduit, ses boucs le tirant. C’est la raison pour laquelle il est nommé Thor au char. Il possède également trois objets de grande valeur : l’un est son marteau Mjöllnir, que les géant du givre et les géants des collines reconnaissent bien, lorsqu’il est brandi. Et ce n’est guère étonnant, il a fracassé bien des crânes de leurs pairs ou de leurs parents. Une autre de ses précieuses possessions, la meilleure de toutes, est sa ceinture de puissance. Et lorsqu’il la ceint autour de sa taille, sa force surhumaine double. Et le troisième de ses objets, tout aussi inestimable, est sa paire de gants de fer, qui lui sont nécessaires lorsqu’il saisit le manche de son marteau. Et nul n’est assez savant pour raconter tous ses exploits : je pourrais te raconter tant de ses hauts-faits que bien des heures passeraient avant que je ne t’aie dit tous ceux que je connais.

Gylfagynning XXI

Un dieu multiple et un marteau magique

Dans les Eddas, Thor est connu comme étant le plus âgé des fils d’Odin et pour son tempérament fougueux. Sa mère est Jörd, une géante dont le nom signifie “Terre”.
Dans les Sagas, Thor est aussi évoqué sous le nom de “barbe rousse”. Comme indiqué plus haut, son royaume est le Thrudheim, et sa grande halle est appelée Bilskirnir. Il est surtout connu pour être le maître de l’orage et des éclairs, mais il a aussi un grand rôle de “patron de l’humanité” puisqu’il est considéré comme proche des humains ordinaires, ceux n’ayant pas un statut social particulièrement élevé. Aussi, dû à son statut de divinité céleste, il participe à la fertilité de la terre. Mais tout cela ne serait seulement qu’une partie de ses nombreuses facettes : il défend et promeut le bien commun, il soigne, et il est aussi souvent décrit doté d’une force incroyable (notamment grâce à sa ceinture magique, Megingjörð, qui double sa force lorsqu’il la porte).
Il possède deux boucs magiques, Tanngnjóstr et Tanngrísnir, qu’il peut tuer et manger à l’infini puisque tant que leurs os restent intact, ils reviennent à la vie le lendemain. Ces deux boucs tirent le chariot dans lequel il se déplace.

Thor dans son chariot tiré par ses deux boucs, illustration de Ludwig Pietsch, 1865.

La façon dont Thor acquit son marteau, le fameux Mjöllnir (ou Mjölnir, ou encore Mjolnir, c’est comme vous voulez), est raconté par Snorri dans le chapitre cinq du Skáldskaparmál (L’art poétique). On y apprend que Loki (le dieu de la discorde, officiellement, mais il mérite lui aussi un article) a coupé la chevelure de Sif, déesse avec laquelle Thor eu sa fille appelée Thrud. Thor se met alors drôlement en colère, et alors qu’il veut zigouiller Loki, ce dernier l’arrête et lui promet d’aller trouver les nains pour qu’ils fassent à Sif une chevelure d’or qui pousserait comme de vrais cheveux. Loki va donc voir les dits nains, appelés fils d’Ivaldi, et ils lui font la chevelure d’or ainsi qu’un bateau appelé Skidbladnir et une lance pour Odin appelée Gungnir. Et puis Loki, qui ne peut pas s’en empêcher et se tenir correctement cinq minutes, parie alors sa tête au nain Brokk que son frère Eitri serait incapable de produire des objets aussi précieux que ceux-là. Alors Eitri se met au boulot, en se faisant au passage salement embêter par une mouche, et crée un verrat en soies d’or, puis Draupnir, un anneau d’or. Il commence alors à fabriquer un autre objet, prévenant son frère que s’il arrêtait la manœuvre en cours de route, tout serait gâché. Il se fait embêter ENCORE par la même mouche pendant le processus, et dut donc retirer du fourneau ce qui était en fabrication : un marteau.
Loki et Brokk retournent ensuite à Asgard pour rapporter les objets aux Ases. Loki donne la lance Gungnir à Odin, la chevelure pour Sif à Thor, et le bateau Skidbladnir à Freyr. Ces objets possèdent évidemment des pouvoirs : la lance ne s’arrête jamais pendant son jet, la chevelure pousse dès qu’elle sera posée sur la tête de Sif et le bateau obtient directement un vent favorable lorsque sa voile est hissée, mais peut également se plier si petit qu’il se glisse dans la poche. Ensuite, c’est à Brokk de présenter les objets d’Eitri : il donne l’anneau Draupnir à Odin, indiquant que chaque neuvième nuit, huit anneaux du même poids que lui en dégoutteraient. Il donne le verrat à Freyr, et déclare que comme les soies du verrat sont hyper brillantes, il illuminerait toute l’obscurité sur son passage, de nuit comme dans le monde des ténèbres, et qu’en plus il courrait super vite à travers les airs et la mer. Et puis Thor reçoit le marteau, Brokk indiquant qu’il pourrait frapper n’importe quoi aussi fort qu’il le voudra sans qu’il ne s’abîme, qu’il ne manquerait jamais le but contre lequel il le lancerait et qu’il reviendra dans sa main, et qu’il pouvait devenir si petit qu’il tiendrait dans sa blouse. Mais, à cause de l’incident de la mouche, le manche du marteau était un peu court.

La fabrication de Mjölnir, “The Third Gift – an Enormous Hammer”, illustration d’Elmer Boyd Smith, 1902 (norse-mythology)

Ces derniers objets sont le résultat d’un pari entre Loki et Brokk, je le rappelle : il est donc décidé que Brokk gagne le pari, parce que le marteau était vraiment le plus cool des objets fabriqués et que c’était une sacrément bonne protection contre les géants de givre. Loki offre donc à Brokk de racheter sa tête, mais le nain refuse. Loki lui balance donc un “attrape-moi alors !!” et il s’enfuit super vite grâce à ses chaussures magiques. Brokk demande alors à Thor de l’attraper pour lui, et Thor s’exécute. Brokk veut alors couper la tête de Loki, mais ce dernier précise qu’il a parié sa tête et non son cou (habile), du coup Brokk veut coudre les lèvres de Loki avec une lanière et essaie de les percer avec un couteau… Sans succès. Il essaie alors de les percer avec l’alêne de son frère (un outil pour percer le cuir), et cela fonctionne seulement temporairement, puisque Loki déchire la lanière immédiatement. D’ailleurs, la lanière elle-même gagne un petit nom dans cette histoire : Vartari.

Thor meurt pendant le Ragnarök (le crépuscule des dieux), alors qu’il défait son grand ennemi le serpent Jörmungandr à l’aide de Mjölnir.

Thor et Hymir pêchant Jörmungandr, illustration d’un manuscrit islandais du 18e siècle (wikipedia)

Si vous aimez les histoires de ce genre, les récits de mythologie nordique en sont remplies. Thor y est dans un bon nombre et bien évidemment je ne vais pas toutes vous les retranscrire ici. Je peux vous conseiller par contre la lecture de l’Edda, qui en regroupe quelques unes des plus importantes et qui participe grandement à la compréhension du joyeux bazar qu’est la mythologie nordique (petit plus si vous êtes fan de l’univers de Tolkien, il y a tout plein de passages qui vous feront dire “ah tiens c’est marrant ça”) !

Thor et l’archéologie

Puisqu’on est sur un blog d’archéologie, c’est la partie à laquelle on n’échappe pas. Nous allons nous pencher brièvement sur deux thèmes en particulier : les traces du culte de Thor et les amulettes découvertes dans le monde Viking.

Le culte de Thor durant l’Âge Viking

Comme vous le savez sûrement (et si vous le saviez pas maintenant vous le saurez), les Vikings ne se sont pas cantonnés à vivre en Scandinavie. Ils ont notamment eu une longue période en Angleterre (qui a d’ailleurs vu l’un des premiers raids Viking en 793, au monastère de Lindisfarne), dans les pays de l’Est et également en France. Malheureusement en France, on n’a pas retrouvé à ce jour de traces du culte de Thor… Mais en Angleterre et dans les pays de l’Est, de nombreux indices nous laissent penser qu’il y était assez populaire.
Par exemple en Angleterre, on retrouve notamment des monnaies présentant un marteau de Thor. Elles datent des années 920 et ont été retrouvées pour la plupart dans des trésors monétaires. On peut également parler de la toponymie, mais ce sujet est complexe et surtout la plupart du temps débattable. Par exemple, Thoresway, dans le Lincolnshire, pourrait provenir du Danois “Þórswæ”, signifiant “l’autel dédié à Thor”… Mais pourrait être aussi le mélange du nom “Þórir” et de l’ancien anglais “weg”, signifiant alors “route de Þórir “.

Monnaie de Saint Pierre retrouvée en Angleterre avec une représentation d’un marteau de Thor (face de droite, en bas au centre) (British Museum)

En Scandinavie, on retrouve évidemment de nombreux indices du culte de Thor, que ce soit sur des pierres gravées, ou des sculptures miniatures du dieu, ou bien des témoignages écrits de visiteurs du “temple d’Uppsala” dédié à Odin, Thor et Freyr, comme par exemple Adam de Brême (bien que controversé) qui décrit un temple avec un immense arbre à côté, ainsi qu’une fontaine à sacrifices humains.

La pierre runique de Stenkvista (Suède) montrant un marteau de Thor. Inscription : “Helgi et Freygeirr et Þorgautr ont élevé ce repère décoré de runes en mémoire de Þjóðmundr, leur père”. (Swedish National Heritage Board)

Les anneaux et pendentifs marteaux de Thor

Niveau matériel archéologique, je vais me concentrer ici sur les amulettes marteau de Thor, qui sont très nombreuses et visibles un peu partout dans le monde Viking. En effet, des marteaux de Thor miniatures ont été retrouvés sous différentes formes et différents matériaux un peu partout, que ce soit dans les pays Scandinaves évidemment, mais aussi les pays de l’Est, en Angleterre et même quelques uns en France.

Ce sont des amulettes souvent visibles sous forme de pendentifs, mais également attachés à un anneau en métal, parfois en plusieurs exemplaires, et alors souvent découverts déposés sur des urnes funéraires. Les principales différences entre ces deux objets sont la taille, le choix du matériau et le lieu et le contexte de découverte : alors que les Mjölnir en pendentifs se retrouvent un peu partout dans le monde Viking, les anneaux se retrouvent – à l’état actuel des recherches – exclusivement en Scandinavie et dans les pays de l’Est.

Anneau à marteaux de Thor, Norvège (Base de données Eitri)

Les Mjölnir en pendentif, vous en avez certainement vu en version actuelle. Beaucoup de marchands en vendent, aussi bien des reproductions de “véritables” pendentifs de l’Âge Viking que des créations originales librement inspirées de modèles anciens. Par contre, pour la plupart, le matériau et la technique de fabrication sont probablement bien différent.
Les Mjölnir en pendentifs peuvent être retrouvés soit dans des trésors, soit dans des sépultures (moins commun) et souvent hors-contexte (malheureusement). Mjölnir, dans la mythologie nordique, est un outil actif utilisé dans des cadres sociaux ou dans le cadre de bénédiction (comme Thor l’utilise par exemple lors de la cérémonie de mariage décrite dans le Thrymskviða, durant laquelle Thor se déguise en mariée et Loki en demoiselle d’honneur pour que Freyja n’épouse pas le géant Thrym… Lisez les sagas et poèmes nordiques, je vous dis, vous ne le regretterez pas). Pour les hommes et femmes de l’Âge Viking, les Mjölnir en pendentif étaient alors probablement portés comme amulettes de protection, comme d’autres types de pendentifs. Il est possible qu’ils aient été considérés comme “magiques”, et sans pouvoir en être certain, possiblement utilisés lors de cérémonies (hors funérailles, car des amulettes différentes étaient alors fabriquées spécialement pour l’occasion, comme par exemple des pendentifs en forme de hache). Ailleurs, pour les Scandinaves installés à l’étranger, ils étaient sans doute alors perçus comme symbole identitaire.

Différents Mjölnir en pendentif retrouvés à différents endroits (dans l’ordre, de haut en bas et de gauche à droite : Norvège, Suède, Suède, Danemark)

En résumé : fiche d’identité

  • Nom : Thor
  • Surnoms : Asa-Thor, Öku-Thor
  • Sexe : Masculin
  • Adresse : Bilskirnir, Trudheim
  • Occupation : Protecteur de l’humanité, divinité céleste, pêcheur à ses heures perdues
  • Famille : Fils d’Odin et de Jörd, frère de Meili, demi-frère de Baldr, Höd, Hermod, Vidar, Vali et Bragi, époux de Sif, père de Thrud, Modi et Magni [ce dernier possiblement fils de la géante Járnsaxa]
  • Physique : Grand, plutôt musclé, barbu, cheveux longs et roux
  • Possessions notables : Le marteau Mjölnir, la ceinture Megingjörð, les boucs Tanngnjóstr et Tanngrísnir, un chariot, des gants de fer
  • Cause du décès : empoisonné par Jörmungandr durant le Ragnarök
  • Culte commun dans tout le monde Viking
Thor représenté avec Mjölnir sur la pierre runique d’Altuna (Suède) (Wikipedia)

Et c’est ici que se termine cet article ! Je suis désolée pour la cadence de publication, j’essaie de faire au mieux pour pouvoir sortir un article par mois… Bon là ça fait 2 mois. Mais je me rattraperai, quitte à faire des articles plus courts. J’espère que celui-là valait tout de même l’attente, et comme d’habitude n’hésitez pas à me laisser un commentaire, partager si ça vous a plu, etc ! And as always, the English version will come very soon.
À la prochaine !

Sources

  • Lesley Abrams, “Diaspora and identity in the Viking Age”, Early Medieval Europe 20, 2012, pp. 17-38
  • Gunnar Andersson, “With Thor on our side”, Dealing with the dead – archaeological perspectives on Prehistoric Scandinavian burial ritual, 2006
  • James Graham-Campbell et Gareth Williams, Silver economy in the Viking Age, Routledge, 2007
  • Danièle James-Raoul et Claude Tomasset, Dans l’eau, sous l’eau : le monde aquatique au Moyen-Âge, Culture et civilisations médiévales XXV, 2002
  • Bo Jensen, Viking Age amulets in Scandinavia and Northern Europe, Archaeopress, 2010
  • Lucie Marie, Thor’s hammer pendants in England, Mémoire de Master, Stockholm University, 2017
  • Joshua J. Mark, Thor, Ancient History Encyclopedia, 17 Décembre 2018
  • Galina L. Novikova, “Iron neck-rings with Thor’s hammers found in Eastern Europe”, Fornvännen 87, 1992, pp. 73-89
  • Snorri Sturluson, L’Edda, récits de mythologie nordique, trad. François-Xavier Dillmann, Gallimard, 2014

Pour cet article, j’ai évidemment utilisé une liste non exhaustive de sources, sélectionnées parmi celles auxquelles j’avais accès, et je m’excuse donc par avance s’il manque des informations importantes. Il sera éventuellement édité si nécessaire. Ce n’est PAS un article scientifique, il n’a qu’un but de vulgarisation et d’ouverture vers de plus amples informations – je vous encourage VIVEMENT à aller plus loin dans vos lectures si vous êtes intéressé par le sujet, notamment via les sources proposées !

Un p'tit partage ?

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *